mercredi 23 mars 2016

A propos de l'émission de Laurent Ruquier ONPC

Plusieurs hommes célèbres, politiques ou intellectuels récusent l'offre de passer à l'émission de Laurent Ruquier du samedi-soir, enregistrée le jeudi après-midi précédent. ONPC est considérée par ceux-ci comme la pire des émissions pour l'invité. C'est le lynchage assuré pour faire rire à ses dépends. Yann Moix, Léa Salamé sont heureux avec le maître de cérémonie de se payer la "tête de l'artiste" qui vient échouer dans leur fauteuil. Surtout si c'est un homme de droite, pire d'extrême-droite, si c'est un homme de Lettres, c'est la cata ! Ils s'en donnent à cœur joie.
Yann Moix, "écrivain célébré par la classe médiatique pour son "immense talent" et sa "culture souveraine" boit du petit lait en épinglant ses confrères... Mieux vaut alors s'abstenir d'avoir à faire aux maîtres de l'émission. C'est ce que vient d'annoncer Nicolas Sarkozy...

4 commentaires:

Claude PERIEL a dit…

Laurent Ruquier a un vrai talent pour tirer le pire des gens avec qui il
collabore. Je me souviens qu'Eric Naulleau se comportait de manière imbuvable,
détestant 99% des livres proposés, alors qu'aujourd'hui il est impérial dans sa
propre émission, soutenant inconditionnellement 70% des livres promus, bien que
puisant dans l'exact même flux de nouveautés. Avec Aymeric Caron, on avait
vraiment touché le fond. Je pense que le vrai parasite qui contamine tous les
autres, c'est Ruquier. Et dire que, de mon côté, sur :

http://www.faire-ecrire-un-livre.com/
j'assiste certains auteurs, en
empruntant leur voix, à donner vie à leur livre, pour promouvoir leur image
personnelle ou professionnelle. C'est la pire des émissions dans lesquelles je
leur conseille de passer.

hermes a dit…

Merci pour votre commentaire, et votre analyse de l'influence de Laurent Ruquier sur ses collaborateurs. C'est un truc de publicitaire pour attirer la foule qui aime assister au jeu de massacre, comme autrefois autour d'un pilori. Son fauteuil est une sorte de pilori du siècle, il faut donc des acolytes pour décocher des banderilles comme dans une corrida. Le public crie "Ollé" à chaque envoi. L'invité est là pour "faire-valoir", il pense que cela va le rehausser, mais c'est le contraire qui se produit... D'un autre côté, parfois apparaît une face cachée que l'on ignorait et que l'on découvre, surtout si c'est un (e) politique...

Claude PERIEL a dit…

Bien-sûr, Hermès, c'est ça. Et Ruquier pousse le vice jusqu'à s'auto-attribuer le rôle de modérateur, avançant quelques modestes justifications en faveur de l'auteur qui se fait étriller, pendant que les troupes ont pour mission s'acharner à coups de lattes sur le type quand il est à terre. Quant au faux public, il s'agit de figurants qui réagissent aux ordres d'un chauffeur de salle situé hors-champ.

hermes a dit…

C'est un système bien rôdé qui a fait ses preuves, mais montré aussi ses limites avec le recrutement de faire-valoir un peu criards à la longue. L'émission semble avoir pour but de favoriser tout ce qui est de Gauche. Elle devient lassante, comme celle d'Ardisson avec ses fausses foucades et son décor kitch tape-à-l'oeil. Il y a comme un besoin de renouveau, sur d'autres pistes d'intérêt.
Mon courriel : henrizaphiratos@orange.fr